skip to content

Interprétation

 

Nous avons réalisé une analyse descriptive avec la commande Explore. La variable décrite est le temps de course (hh : mm : ss) et le facteur, la variable sexe.

 
Récapitulatif du traitement des observations

Le premier tableau indique qu'il y a 99,4 % d'observations valides chez les femmes pour la variable temps et 99,6 % chez les hommes. Au total, 11 427 femmes et 17 337 hommes ont participé au marathon, mais les analyses portent seulement sur les 11 363 femmes et les 17 262 hommes pour lesquels il n'y a pas de données manquantes.

 


Statistiques descriptives

Le deuxième tableau donne les statistiques descriptives de la variable Temps en fonction du sexe des coureurs.

D'une part, les hommes semblent courir plus vite que les femmes si on se fie à leur moyenne respective. Les valeurs extrêmes ne semblent pas tellement influencer la moyenne, puisque la moyenne tronquée ressemble beaucoup à la moyenne globale (moins de deux minutes de différence). 

D'autre part, l'écart-type est d'un peu moins de 45 minutes dans les deux cas, ce qui indique que les observations s'éloignent de la moyenne. Il semble y avoir beaucoup de variation entre les observations.

Enfin, l'indice de symétrie montre que dans les deux cas, le pic de la distribution est légèrement déplacé vers les valeurs basses et  l'indice d'aplatissement indique un pic un peu plus prononcé chez les femmes que chez les hommes. Considérant que les valeurs sont toutes plus petites que 2, il n'y a pas de problème majeur de symétrie ou d'aplatissement. 

 

 
Valeurs extrêmes

Le dernier tableau indique quelles sont les valeurs extrêmes dans la distribution, donc quels coureurs présentent les meilleurs et les moins bons temps de course. Chez les hommes, le plus rapide a fait le marathon en 2 heures, 8 minutes et 52 secondes, alors que la femme la plus rapide a couru durant 2 heures, 18 minutes et 47 secondes.

 

 

 

Haut de page